Charles de Gaulle à l'honneur pour un triple anniversaire historique

130e anniversaire de sa naissance, 50e anniversaire de sa disparition, 80e anniversaire de l'appel du 18 juin 1940

  • Catherine Clément dresse un portrait du Général, sérieux, précis et sensible.

  • « Sur les photographies, il paraît appartenir à une autre époque. Peut-être est-ce le noir et blanc qui veut cela - la couleur est encore rare dans les année 1960. Cela tient aussi à son maintien et sans doute à une certaine révérence des photographies devant le personnage historique et le président impressionnant. Il suffit pourtant de plonger comme nous l'avons fait dans ces cartons d'archives, de retrouver ses notes et ses discours pour comprendre. De Gaulle ne ressemble plus à personne, mais il n'est en aucune façon dépassé. »

  • Les Français croient tout connaître de la vie et de l'oeuvre de Charles de Gaulle. Cet ouvrage montre qu'il reste encore beaucoup à découvrir dans les archives qui s'ouvrent progressivement. Nombre d'épisodes et anecdotes inédits sont ici dévoilés pour la première fois, qui éclairent d'un jour nouveau le fonctionnement du couple Charles/Yvonne, le rapport à Pétain et à la France libre, la traversée du désert, la gestion du dossier algérien, les relations avec divers chefs d'État, et une correspondance bien plus libre qu'on ne l'imaginait avec des personnalités comme l'abbé Pierre, Paul Claudel ou encore Alain Delon...

  • De Gaulle

    François Kersaudy

    Des cinq grands protagonistes de la Seconde Guerre mondiale, Charles de Gaulle est le seul à avoir reçu une formation d'officier général, les quatre autres - Hitler, Staline, Roosevelt et Churchill - pouvant être considérés comme des stratèges amateurs. Mais l'ironie du sort a voulu qu'il ait été aussi le seul à n'avoir pratiquement pas d'armée...
    Pourtant, cet homme à la vocation militaire très précoce, ce général de brigade engagé malgré lui en politique, a joué au bénéfice de la France un rôle considérable durant la Seconde Guerre mondiale ; et pendant le quart de siècle qui a suivi, ce militaire devenu civil, qui n'a jamais cessé d'affirmer la primauté du civil sur le militaire, n'en a pas moins instauré dans le gouvernement civil une rigueur quasiment militaire - tout en posant les jalons d'une doctrine de dissuasion stratégique qui a rendu à la France son statut de grande puissance.
    En cette année qui marque à la fois le 80e anniversaire de l'appel du 18 Juin et le 50e anniversaire de la mort du Général, François Kersaudy, qui en est l'un des meilleurs spécialistes, explore dans ce dixième volume de la collection « Maîtres de Guerre » ce qu'ont été, au sommet comme sur le terrain, les conséquences de ses ambitions, de ses décisions et de ses anticipations.

  • Le dimanche 28 octobre 1962, le général de Gaulle organise un référendum pour permettre aux Français d'élire eux-mêmes leur président de la République au suffrage universel. Ce sera son dernier cadeau.
    Pourtant ce dimanche-là, à Colombey, le général déprime. La campagne a été rude, il se sent vieux, fatigué. Il menace de démissionner. Ce qui devait être un jour de fête est un jour de tristesse.
    Raconter la folie de ce dimanche historique permet de retrouver le génie d'un géant de la politique et de retracer les épisodes parfois rocambolesques de sa vie exceptionnelle.

  • En ce 14 juin 1940, Charles de Gaulle, 49 ans, entre dans Bordeaux parmi la foule des réfugiés, méditant amèrement sur son sort et celui de son pays. Simple général « de brigade » et « à titre temporaire », que peut faire ce vaillant soldat maintenant que le drapeau allemand flotte sur Paris et que le gouvernement est à deux doigts de demander l'armistice ? Ce matin il a voulu démissionner de son poste de sous-secrétaire d'état...
    Quatre jours plus tard, après deux allers-retours entre Bordeaux et Londres, c'est un tout autre homme qui prononce le fameux « appel » à la résistance des Français. Que s'est-il donc passé lors de ces « jours d'avant » ?

  • Ce livre révèle l'un des secrets les mieux conservés du général de Gaulle : son alliance avec Staline en juillet 1941 et l'appui sans faille, mais non sans contrepartie, accordé par le tsar rouge à la France libre tout au long de la guerre.
    Alliance qui a permis une relation privilégiée à partir de novembre 1942 entre de Gaulle et le Parti communiste français. Alliance qui a rebattu les cartes sur la question de l'ouverture du second front, le découpage des frontières polonaises, l'ampleur de l'épuration et les orientations du gouvernement français d'après guerre. Alliance qu'ignoraient aussi bien Churchill que Roosevelt, Pétain que Giraud, mais aussi l'entourage proche de l'homme du 18 Juin qui s'était fait une règle de « progresser par les couverts ». Quels en furent les raisons, les conditions et les buts ? Quels en furent les péripéties et les principaux acteurs ? Quelles en furent, surtout, les conséquences tant politiques que stratégiques ?
    Résultat de minutieuses recherches, ce récit vivant est fondé sur une documentation considérable provenant à la fois des archives du ministère français des Affaires étrangères et des archives soviétiques publiées à Moscou depuis 1983.
    Un document capital, qui remet en question des vérités que l'on croyait acquises depuis soixante-quinze ans.

  • Comme en 40

    Collectif

    Ce catalogue, qui prolonge l'exposition présentée au musée de l'Armée, se concentre sur l'année cruciale qu'est 1940 en la plaçant « à hauteur d'hommes ». Année de la défaite, c'est aussi l'année de la signature des armistices, des débuts de l'Occupation, de la création de l'État français par le maréchal Pétain, de l'émergence sur la scène publique du général de Gaulle...
    Cet ouvrage décrypte ces événements et leurs conséquences sur les Français, s'interroge sur la manière dont ceux-ci vivent l'année 1940 en tant que prisonniers de guerre, internés, réfugiés, habitant en zone annexée, occupée, non occupée, dans les territoires de l'Empire, jusqu'au summum de la liberté : Londres.

  • En près de 80 cartes inédites, l'histoire du conflit racontée et expliquée.

    Alors que la Première Guerre mondiale a connu une croissance importante et exceptionnelle de l'utilisation et de la production de la cartographie militaire, le conflit mondial qui a suivi a utilisé des cartes, des schémas, et a procédé à des reconnaissances et à l'enregistrement et le traitement systématiques d'informations géographiques et topographiques à une échelle sans précédent. Il est impossible de comprendre les événements et les conséquences de la Seconde Guerre mondiale sans une référence profonde à la cartographie à tous les niveaux. Car les cartes elles-mêmes sont devenues des armes.
    La guerre était prévue. Au milieu des années 1930, les armées britannique et allemande ont commencé d'importants programmes de nouvelle cartographie, axés principalement sur le théâtre européen. La planification nazie de l'opération Barbarossa a été facilitée par la capture d'usines de cartes soviétiques à Minsk et à Kiev. La photographie de reconnaissance aérienne a permis de cartographier les gradients de la plage et les eaux peu profondes alors que les alliés se préparaient pour le Jour J. Le succès du débarquement en Normandie aurait été impossible sans les cartes de situation et la photographie aérienne.
    Dans cette oeuvre très originale, Jeremy Black, l'un des plus grands historiens militaires et cartographiques du monde, montre à quel point les cartes étaient fondamentales pour le conflit. L'histoire est racontée à travers environ 80 cartes clés sélectionnées dans les collections sans précédent de la British Library et d'autres fonds cartographiques majeurs.
    A travers 5 chapitres (géopolitique, stratégie, opérationnel, tactiques, reportages), on y retrouve des cartes exceptionnelles d'Etats majors, mais aussi de terrain ou encore de prisonniers, provenant de tous les pays en guerre, de France et d'Allemagne, mais aussi de Pologne, du Royaume-Uni, d'Italie, du Japon...

  • Ce très bel ouvrage qui entre par le document propose un parcours « à chaud » dans l'histoire de France : les temps forts racontés en image (l'exécution de Marie-Antoinette, la révolution de 1848, la Commune, la grande guerre et les journaux de tranchée, la seconde guerre mondiale et l'affaire Dreyfus, la Résistance, la libération...).

empty