À propos

C'est par l'argent laissé au camp de Drancy par les déportés internés et consigné à la Caisse des dépôts et consignations qu'est apparue publiquement, en juillet 1995, l'idée que des biens spoliés aux Juifs auraient pu ne pas être restitués.
Les camps du Loiret, Pithiviers et Beaune-la-Rolande furent les premiers camps destinés spécifiquement à l'internement des Juifs. 3 747 personnes y ont été internés de mai 1941 à juin 1942, date à laquelle ils ont été, dans leur quasi-totalité, envoyés à Auschwitz. Le camp de Drancy, camp d'internement et de transit vers la déportation et la mort, a reçu quelque 80 000 personnes définies comme juives par les Allemands et l'État français entre le 20 août 1941 et le 17 août 1944.
Dès leur arrivée dans ces camps, les internés étaient dépouillés de leurs biens, argent et bijoux. Pour les internés de Drancy, une partie de ces sommes déposées avant juin 1943 a été scrupuleusement consignée dans des registres par Maurice Kiffer, agent de la Préfecture de police et liquidateur des comptes du camp, et versées à la Caisse des dépôts et consignations ; des bijoux seront entreposés dans un coffre loué à cet effet à la Banque de France.
Par contre, la comptabilité des avoirs laissés par les internés des camps du Loiret semble avoir été moins rigoureuse. D'une manière générale, les internés ont systématiquement été volés ou soumis à un marché noir intense. Mais surtout le travail effectué sur la destination de ces biens a permis de mieux connaître l'état d'intense détresse matérielle et psychique des internés de ces camps, dont profitait sans scrupule un monde de " ripoux ", principalement occupés à soutirer l'ultime centime susceptible d'être arraché à ces malheureux.


Rayons : Sciences humaines & sociales > Sciences politiques & Politique > Etat et administration publique > Rapports / Documents officiels


  • Auteur(s)

    Annette Wieviorka

  • Éditeur

    Documentation Francaise

  • Distributeur

    Dilisco

  • Date de parution

    24/08/2000

  • EAN

    9782110045485

  • Disponibilité

    Épuisé

  • Longueur

    24 cm

  • Largeur

    16 cm

  • Épaisseur

    0.7 cm

  • Poids

    190 g

  • Support principal

    Grand format

Infos supplémentaires : Broché  

Annette Wieviorka

  • Pays : France
  • Langue : Francais

Annette Wieviorka, historienne, directrice de recherche au CNRS, fut membre de la Mission d'étude sur la spoliation des biens des Juifs de France. Elle est l'auteur de nombreux ouvrages, notamment Auschwitz, soixante ans après (Robert Laffont, 2006) et Déportation et génocide : entre la mémoire et l'oubli (Hachette, 2003). Elle a codirigé aux éditions Liana Levi les ouvrages Les Juifs de France et Mille ans de cultures ashkénazes.

empty