La politique, une activité dangereuse en Grèce ancienne ?

À propos

Pour faire de la politique en Grèce ancienne, il fallait d'abord avoir la possibilité de parler. Ce n'était a priori possible que dans les cités dont le régime politique permettait aux citoyens de prendre la parole ; c'est-à-dire, en principe, celles où régnait la démocratie. Les textes témoignent du caractère crucial de cette question du droit à la parole pour le peuple dans l'Athènes du Ve siècle.
La première partie de l'ouvrage examine dans les différents régimes politiques en Grèce (tyrannie, royauté, oligarchie et démocratie) la place accordée réellement à la parole par chacun d'entre eux - dans la législation ou dans les faits, dans les assemblées officielles ou dans la rue -, ainsi que les moyens d'expression qui restaient quand la parole était interdite.
La deuxième partie s'attache spécialement aux dangers qui menaçaient les hommes politiques dans la cité qui représente à nos yeux la démocratie idéale, Athènes ; harcèlement de rue, pression de l'administration, mais surtout procès constants intentés par les adversaires politiques ou par n'importe quel citoyen au nom du droit à la parole. Cela débouchant sur des condamnations sévères, confiscation des biens, perte des droits civiques, exil, voire exécutions - mais, curieusement, jamais sur la prison, ou même sur une politique d'assassinat. On peut s'étonner que Périclès soit mort dans son lit, quand on pense à la triste fin d'Alcibiade ou de Démosthène !
Cet ouvrage, qui s'appuie constamment sur les textes abondamment cités, sera utile à tous ceux qui souhaitent mieux connaître le fonctionnement réel de la démocratie athénienne ainsi qu'aux politiques prompts à se référer à ce régime - qui ne fut peut-être pas idéal, mais qui reste admirable à bien des titres.



Sommaire

Introduction : Que signifiait « faire de la politique » en Grèce ?
PREMÈRE PARTIE : LE DROIT À LA PAROLE.
Chapitre I : Donner la parole au peuple dans l'oligarchie.
Chapitre II : Donner la parole au peuple dans la démocratie.
Chapitre III : La parole à l'assemblée du peuple.
Chapitre IV : Autres lieux de parole.
Chapitre V : Autres moyens d'agir : l'argent et les hétairies.
Chapitre VI : Agir par l'écrit.
DEUXIÈME PARTIE : LES DANGERS DE LA POLITIQUE.
Chapitre I : Les petits harcèlements du quotidien.
Chapitre II : Le harcèlement de l'administration.
Chapitre III : Le harcèlement judiciaire.
Chapitre IV : Les procès : un instrument de lutte politique.
Chapitre V : Assassinats et exécutions sommaires.
Conclusion.

Rayons : Sciences humaines & sociales > Histoire > Antiquité (jusqu'en 476) > Grèce antique

  • EAN

    9782251452692

  • Disponibilité

    Disponible

  • Nombre de pages

    298 Pages

  • Longueur

    21 cm

  • Largeur

    13.5 cm

  • Épaisseur

    2.2 cm

  • Poids

    370 g

  • Distributeur

    Belles Lettres

  • Support principal

    Grand format

Infos supplémentaires : Broché  

Danielle Jouanna

Danielle Jouanna est agrégée de Lettres
classiques. Elle enseignait en classes
préparatoires (français et grec). Elle est l'auteur
de manuels de grec édités chez Hatier (3e, 2de, 1re
et Terminales) et de plusieurs essais : Aspasie de
Milet, Fayard, 2005 (Prix Diane Potier-Boès de
l'Académie française), L'Europe est née en
Grèce, L'Harmattan, 2009, Les Grecs aux enfers,
Les Belles Lettres, 2015.

empty